Présentation

La psychomotricité, qu’est-ce que c’est ?

Il s’agit d’une pratique paramédicale en plein développement mais encore mal connue. Elle vise à l’harmonie des fonctions motrices et psychiques en prenant en compte le patient dans sa globalité.

Elle étudie l’ensemble des comportements moteurs envisagés en fonction de leurs liens avec l’activité cérébrale, la vie psychique, affective, intellectuelle et relationnelle à tous les âges de la vie.

Sur la base de l’engagement du vécu corporel du patient dans une relation thérapeutique, le psychomotricien a pour but de favoriser, permettre ou restaurer l’harmonie de l’équilibre psychocorporel de la personne, afin qu’elle puisse s’adapter au mieux aux exigences de son environnement, ceci grâce à des médiations corporelles.

Les médiations les plus couramment utilisées sont : les jeux moteurs ou symboliques, l’expression corporelle, la relaxation, l’expression graphique ou plastique, la musique, la graphomotricité, l’eau (ateliers aquatiques).

La psychomotricité concerne tous les âges de la vie, de la stimulation du développement psychomoteur chez le nourrisson au maintien des fonctions psychomotrices chez la personne âgée.

« Il s’agit de faire bouger les gens dans leur corps pour les faire bouger dans leur tête. »

 

Le diplôme d’état de psychomotricien a été créé en 1974. Il existe actuellement plusieurs écoles en France : Paris (2 écoles), Lille, Bordeaux, Toulouse, Lyon, Marseille, Hyères, Les Mureaux, Mulhouse.

La formation dure 3 ans, elle est partagée entre des cours théoriques (anatomie et neuro-anatomie, physiologie, psychologie, psychomotricité, psychiatrie, gériatrie, etc.) et des cours de pratique. Etant une psychothérapie à médiation corporelle, la psychomotricité doit d’abord s’apprendre par l’expérience de sa propre corporéité engagée dans la relation à l’autre. Chaque psychomotricien participe donc à des ateliers de relaxation, d’expressivité du corps, de conscience corporelle (…) au cours de sa formation.

Ces 3 années sont également ponctuées par des stages, que les étudiants doivent réaliser dans différents établissements afin de découvrir des publics divers (âges et pathologies différents).

Les Psychomotriciens peuvent exercer dans des établissements spécialisés publics ou privés (CAMSP, CMP, IME, CATTP, EHPAD…) ou en libéral.

Historique de l’association :

Psychomotricité Autour du Monde (PAM) est une association créée en août 2012 par Floriane Bachelerie et Pauline Boivin. Elle a 4 objectifs principaux :

  • Faire connaître la psychomotricité en France comme à l’étranger,
  • Créer, à travers le monde, des partenariats avec des structures locales liées à l’enfance,
  • Promouvoir l’échange de pratiques entre les psychomotriciens français, ceux formés à l’étranger, et les autres professionnels de l’enfance intervenant dans les structures partenaires. Y envoyer en mission des psychomotriciens diplômés d’état,
  • Soutenir l’accompagnement d’enfants présentant des troubles psychomoteurs dans ces structures.

« Passionnées par les voyages et ce qu’ils impliquent en terme de Découvertes et de Rencontres, nous avions également l’envie de faire voyager la psychomotricité, notre profession malheureusement trop peu connue. Jeunes diplômées, aucune association ne s’offrait à nous pour nous permettre de vivre une telle expérience. L’envie de créer cette association « rêvée » et de la faire pérenniser pour que d’autres psychomotricien(ne)s puissent en profiter nous est donc venue, persuadées que cette aventure ne pourrait qu’être enrichissante tant d’un point de vue professionnel que personnel. »

Qui sommes-nous ?

– Floriane –

âgée de 24 ans,présidente de Psychomotricité Autour du Monde, je suis psychomotricienne diplômée depuis 2011.

Durant mes années d’étude, j’ai fait différents stages auprès des jeunes, notamment en crèche, école maternelle, en cabinet libéral, en Institut Médico-Educatif …

J’ai aussi eu l’occasion en 2008 de partir à Madagascar faire de l’animation auprès d’enfants.

Durant ma formation je suis partie dans le cadre d’une association étudiante, Psychomotricité Sans Frontière, à la pouponnière de M’Bour au Sénégal faire des prises en charge psychomotrices.

En 2012, nous avons créée avec Pauline P.A.M. afin de permettre à des psychomotriciens de partager leurs connaissances avec d’autres professionnels ayant d’autres formations et d’autres cultures.

Je suis donc partie dans le cadre de l’association à la pouponnière de M’Bour au Sénégal ainsi que dans le centre « Somos hijos del lago » au Guatemala.

– Pauline –

Attirée par l’Afrique depuis toute jeune, j’y pars pour la première fois en 2007 dans le cadre d’une mission de soutien scolaire au Burkina Faso. Ce séjour de 3 semaines avait un goût de trop peu… Quand l’opportunité s’est présentée, l’année d’après, de partir un mois au Mali pour un chantier de construction, j’ai sauté sur l’occasion!

J’ai eu envie de repartir ensuite, mais cette fois pour être utile dans mon domaine professionnel : la psychomotricité, et plus particulièrement auprès des enfants en difficulté.

Suite à l’obtention de mon diplôme de psychomotricienne en 2011, je suis donc partie 4 mois au Mali où j’ai travaillé en pédopsychiatrie à Bamako et ponctuellement dans un centre accueillant des enfants déficients mentaux et/ou moteurs.

J’ai ensuite travaillé dans un Centre d’Action Médico-Sociale Précoce (CAMSP) accueillant des enfants de 0 à 6 ans, et dans un institut pour enfants et adolescents déficients sensoriels.

J’ai par ailleurs eu l’occasion de voyager au Québec, au Maroc, en Tunisie, et dans différents pays d’Europe, ce qui m’a permis de développer un véritable appétit pour les voyages.

 

– Guillaume –

Psychomotricien diplômé en 2011, je travaille auprès d’enfants et d’adolescents de 0 à 18 ans en pédopsychiatrie et neuro-pédiatrie.  J’ai rejoint l’association Psychomotricité autour du monde en Mars 2014 en tant que trésorier, très intéressé par les projets mis en place par les créatrices de l’association.

J’ai un intérêt tout particulier à partager mes connaissances et apprendre des autres. Engagé auprès de l’association Bahamas, j’encadre des étudiants-stagiaires en psychomotricité auprès d’enfants, d’adolescents et d’adultes handicapés mentaux et autistes avec une médiation en piscine. Je suis également formateur auprès de FormaFirst où je forme des assistantes maternelles  aux TdaH.

J’ai eu la chance de voyager dans de nombreux pays dans lesquelles j’ai découvert de multiples cultures qui m’ont enrichi personnellement.   Lier mon métier au partage transculturel est une envie qui m’a orienté lors de mon engagement dans une association telle que PAM.

 

– Anaïs – 

Psychomotricienne DE, j’exerce depuis 2011 en SESSAD auprès d’enfants déficients visuels avec troubles associés âgés de 0 à 20 ans.

Dans le cadre de mon travail, j’ai eu l’occasion d’animer des journées de sensibilisation au handicap visuel auprès d’enseignants accueillants des enfants déficients visuels dans leurs classes. J’ai aussi bénéficié d’une formation sur l’interculturalité et la transculturalité.

Tout au long de mes études, j’ai toujours été impliquée dans la vie associative et attirée par l’humanitaire, les langues étrangères et le partage culturel.

J’ai été membre du Bureau Des Etudiants, de l’association GITVP et de l’AFPIDC. J’ai également participé aux journées handivalides organisées par l’association starting block pour sensibiliser au handicap.

J’ai eu l’occasion de voyager en Europe et aux Etats-Unis et de vivre des expériences riches sur le plan personnel lors de ces voyages.

C’est donc tout naturellement qu’en Janvier 2014,  j’ai adhéré à PAM où j’occupe le poste de secrétaire.